LE FNM VIENT DE BENEFICIER DU FINANCEMENT DU PROJET DE DEVELOPPEMENT DES PERIMETRES IRRIGUES EN MILIEU RURAL (PDPIM)

OBJECTIFS ET INDICATEURS CLES

  • Objectifs du Projet
    L’objectif global du projet est de contribuer de contribuer à l’autosuffisance en riz, à la diversification des cultures, à la sécurité alimentaire et à la réduction de la pauvreté en milieu rural et à la création d’emplois à travers l’installation des jeunes, par l’aménagement des bas-fonds et petits périmètres irrigués villageois.
    Il s’agit d’améliorer la sécurité alimentaire et la réduction de la pauvreté en milieu rural par une augmentation de façon durable et reproductible de la production et de la productivité des cultures céréalières, maraîchères et autres cultures vivrières à travers la mise en place d’ouvrages hydro-agricoles et infrastructures agricoles pour booster la production du riz et la production maraîchère.
  • Indicateurs/Résultats clés
    Les résultats clés sont l’amélioration de la productivité et de la production du riz et d’autres céréales, fruits et cultures maraîchères dans la zone du projet à travers l’aménagement et la mise en valeur durable des petits périmètres irrigués , la réalisation et l’exploitation des infrastructures connexes aux aménagements et la mise à disposition d’équipements agricoles et intrants.
    De plus, à travers la synergie avec le PIAMF-Benin, le projet accompagnera les producteurs avec le financement participatif et l’investissement dans la chaine des valeurs. Ceci leur permettra d’assurer l’acquisition des équipements et intrants de façon durable, d’être auto-employé, auto-suffisant afin de contribuer à la sécurité alimentaire et la création d’emploi. Ce projet impactera directement environ 120 000 producteurs ou groupements de producteurs avec plus de 40% de femmes.

DESCRIPTION ET COMPOSANTES DU PROJET

  • Composante A : Aménagements des terres agricoles et accès aux équipements agricoles et au marché.
    Cette composante comprend l’aménagement de 1 000 ha de bas-fonds; l’aménagement 250 ha de périmètres à maitrise totale de l’eau, l’installation à titre pilote de 50 ha de périmètres maraîchers irrigués par le système goutte à goutte simplifié, aménagement de 200 ha de sites antiérosifs (terres dégradées à régénérer), la construction de 4 retenues d’eau à but agro-pastorale, fonçage de 80 puits maraîchers, la réalisation de 100 puits tubés, l’acquisition de 10 tracteurs avec accessoires et 20 motoculteurs avec accessoires, production et mise à disposition des producteurs de semences améliorées, construction/réhabilitation de 40 km de pistes d’accès aux sites, construction de 30 magasins de stockage et 55 aires de séchage.
  • Composante B : Renforcement de capacités et appui institutionnel.
    Elle concerne les activités de renforcement de capacités par la formation des producteurs et les organisations paysannes pour l’entretien et la maintenance des ouvrages et infrastructures agricoles, la gestion durable des aménagements et pour la mise en valeur optimale des sites aménagés.
    Elle dispose d’un volet recherche développement avec l’INRAB et un appui institutionnel relatif à la construction du siège du projet pour bien mener et de façon durable la phase après aménagement.
  • Composante C : Appui de la microfinance aux producteurs concernés par le projet.
    Elle vient en réponse aux besoins que les producteurs auront pour la mise en valeur efficace et durable des terres aménagées. Cela sera fait sous forme de : (i) renforcement des capacités pour permettre aux agriculteurs d’être opérateurs économiques autonome capitalisant sur leurs terres nouvellement aménagées ; et (ii) ligne de financement participatif de deux (2) millions de US $ qui fournirait des ressources financières participatives islamiques aux producteurs bénéficiaires des aménagements.
  • Composante D : Appui à l’Unité d’Exécution du Projet.
    Cette composante concerne tout l’appui à l’UEP pour la coordination et la gestion efficiente du projet. Elle comprend les volets administratifs et financiers y compris les moyens techniques (véhicules, motos, etc.) et informatiques nécessaires à la mise en œuvre du projet, les visites de l’UEP à la BID et l’atelier de lancement du projet.
    Elle prend également en compte les audits, l’élaboration du manuel de procédures et l’actualisation des études et la supervisions des travaux.
Tags: No tags

Les commentaires sont fermés.